Helge Müller est co-fondateur, propriétaire ainsi que gestionnaire de portefeuille de Genève Invest, un gestionnaire de fortune indépendant à Genève.
Helge Müller est co-fondateur, propriétaire ainsi que gestionnaire de portefeuille de Genève Invest, un gestionnaire de fortune indépendant à Genève. Stevan Bukvic
Paid post

«Le défi consiste maintenant à trouver des stocks particulièrement bien positionnés»

Bien entendu, tout investisseur veut investir dans des actions gagnantes. La seule question qui se pose est la suivante: quelles sont-elles? Helge Müller, gestionnaire de portefeuilles chez Genève Invest, explique sa démarche.

Les experts prédisent que l'économie reprendra dans les 18 prochains mois. Qu'est-ce que cela signifie pour les investisseurs qui envisagent actuellement d'investir leur capital retraite sur les marchés boursiers?
Helge Müller: Pour l’heure, pas grand chose. La bourse n'est pas nécessairement le reflet de la réalité économique. Car si c'était le cas, les marchés boursiers auraient été dans un rouge historique au cours du premier semestre 2020. Et, à la surprise de beaucoup, cela n’est pas arrivé du tout. Bien entendu, l'économie mondiale devrait connaître une très forte croissance au cours des troisième et quatrième trimestres de l'année en cours. Car au cours du deuxième trimestre, la production s'est arrêtée en de nombreux endroits. Mais nous ne reviendrons probablement pas avant la fin de 2021 là où nous en étions à la fin de 2019.

Il y a deux points de vue différents: l'un dit que l'histoire se répète toujours et l'autre dit que cette fois-ci, c'est différent. Qui a raison?
Nous avons tendance à croire que «chaque crise est différente». Contrairement à la crise financière et économique de 2007/08, cette fois-ci, il n'y a pas que des perdants. Les entreprises du secteur technologique, par exemple, font partie des gagnants. Ayant déjà connu une forte croissance ces dernières années, ces sociétés ont pu profiter de la poussée de la numérisation liée à la crise. Et de cette façon, elles ont pu anticiper un développement qui aurait pu avoir lieu sur une plus longue période sans pandémie.

«Nous essayons de déterminer quel sera le bénéfice d'une entreprise dans dix ans.»

Les banques centrales et les gouvernements ont réagi avec force.
Ils ont tiré les leçons de la dernière crise financière et économique. Et cette fois, ils ont réagi plus vite et plus fort. Ils ont collectivement investi plus de 4 000 milliards - c'est inimaginable. C'est des milliers de fois ce que la réforme des retraites du président Macron, par exemple, aurait coûté. Et cette dernière est l'une des raisons pour lesquelles la France a été presque paralysée par le mouvement des gilets jaunes à certains moments.

Qu'est-ce que cela signifie pour l'intérêt ?
Nous nous trouvons dans un environnement de zéro intérêt, en Suisse, mais aussi dans d’autres pays européens où c’est ainsi depuis un certain temps, sans oublier en Amérique. Ce qui signifie pour de nombreux grands investisseurs, notamment institutionnels, le fait qu'ils ne paient plus d'intérêts sur les obligations d'État dans lesquelles ils investissent, en partie par obligation, ce n'est pas une mince affaire.

Et cela nous conduit à la question suivante: où va encore aller tout cet argent?
L'argent va aller dans les actions. Et c'est ce qui explique la robustesse des marchés. Il s'agit maintenant de trouver les actions qui sont particulièrement bien positionnées et qui surpasseront le marché. Nous essayons de déterminer le niveau des bénéfices d'une entreprise dans dix ans. Pour ce faire, nous examinons la croissance des bénéfices dans le passé, il y a un an, trois, cinq, dix ans. Et l'évolution d'autres chiffres-clés, dont le plus important est probablement la valeur comptable par action.

Se projeter dans dix ans, c'est courageux…
Bien sûr, nous faisons une remise pour cette raison. Nous comparons également le ratio «cours sur bénéfices» (C/B) à différents moments avec un C/B qui semble réaliste pour une telle entreprise. Cela nous permet de décider si les évaluations sont plausibles en termes de rendement. Un exemple: Microsoft. Nous avons acheté une position importante en 2013 et certains clients ont depuis réalisé un bénéfice comptable de 900% sur celle-ci. Est-ce une bulle? Non. Parce que le ratio C/B de l'action est d'environ 32. Une règle empirique dit que le ratio C/B devrait être environ deux fois plus élevé que la croissance de l'entreprise - une croissance de 16% est possible pour Microsoft. Vous pouvez donc vendre les actions, mais vous n'êtes pas obligé de le faire.

Votre entreprise investit traditionnellement beaucoup en obligations ainsi que dans des entreprises de second rang et non dans Microsoft, Facebook ou Netflix…
C'est exact. Nous aimons ces petites entreprises. Mais elles ont, il faut le dire, une particularité: elles connaissent des difficultés extraordinaires dans des situations extraordinaires. Et la pandémie est justement un problème de ce type. Cela devrait conduire à une augmentation significative des défauts de paiement cette année. La bonne nouvelle c’est que les prix de nombreuses obligations ont donc fortement baissé ces derniers mois. Ce qui a conduit à des prix d'entrée attractifs.

Pouvez-vous nous donner un exemple?
Nous avons récemment acheté l'obligation émise par Heathrow Airport Holdings, la société qui exploite l'aéroport de Londres, qui est plutôt une entreprise de première ligne. A-t-elle subi un effondrement massif de ses ventes? Oui, bien sûr. Mais en tant qu'investisseur obligataire, ce que vous voulez savoir c’est si elle va faire faillite? Et là, on peut dire que non, jamais de la vie. Ils vont donc rembourser la caution, à 100%. Ce qui signifie un bon rendement pour ceux qui achètent aujourd'hui. Dans un an, le prix ne sera plus aussi bas. Ce qui conduira à des rendements proches de zéro. C'est pourquoi nous recherchons des échéances longues lorsque nous achetons des obligations de ce type, afin de pouvoir bénéficier le plus longtemps possible des paiements d'intérêts élevés. L'échéance longue est - si vous entrez sur le marché à bas prix - le remède contre les faibles taux d'intérêt.

Paid post

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Genève Invest. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.

Genève Invest s'est spécialisé dans le «value investing» en ce qui concerne la sélection des titres. Ce concept d'investissement remonte à la légende de l'investissement Benjamin Graham. L'idée de base est simpl : les entreprises ont une valeur intrinsèque qui peut être déterminée de manière relativement précise sur la base d'une série de données.

Toutefois, la valeur marchande de l'entreprise peut s'écarter considérablement de sa valeur intrinsèque en raison de réactions excessives qui se répètent cycliquement. À long terme, cependant, la valeur marchande et la valeur intrinsèque convergent toujours.

En tant qu'investisseur sur des valeurs classiques, Geneve Invest profite de cet effet et investit spécifiquement dans des actions sous-évaluées ayant un potentiel de rattrapage. Outre leur évaluation favorable, les sociétés intéressantes présentent d'autres caractéristiques qui, bien qu'elles ne rendent pas le cours de l'action résistant aux revers, lui permettent de se redresser.