iStock
Paid post

Des dividendes au lieu des intérêts négatifs: les économies d’aujourd’hui

Si l’on garde des actions suffisamment longtemps, on finit par faire des profits. A une période où les taux d’intérêt sont bas, la bourse est donc la meilleure alternative au compte d’épargne.

En Suisse, on aime défendre les traditions, et le bon vieux livret d’épargne n’y échappe pas. Après tout, c’est dans une banque suisse que l’argent est le plus en sécurité. Et comme tout le monde le sait, les taux d’intérêt fluctuants multiplient les actifs.

Le problème, c’est que, pendant des périodes de taux d’intérêt bas, voire négatifs, ce système de multiplication des fonds, qui a fait ses preuves sur le long terme, ne fonctionne plus. Au contraire, si l’on tient aussi compte de l’inflation annuelle et de l’augmentation des frais bancaires, même le plus zélé des épargnants ne parvient pas à équilibrer ses comptes; il subit une perte. Le compte d’épargne n’a en fait plus rien à voir avec l’épargne.

Mais que faire pour laisser votre argent travailler pour vous? Le marché boursier est une option. Vous pouvez placer vos économies dans des actions, des obligations ou des ETF.

Il est vrai que ces formes de placements présentent plus de risques qu’un compte d’épargne, mais, en temps normal, elles garantissent aussi une meilleure rentabilité. Un constat notamment établi pour les actions aux dividendes attrayants. En moyenne, le rendement des dividendes des sociétés représentées au SMI se situe autour de 3%.

Pour les investisseurs axés sur le long terme, les actions sont presque la seule option.

Par le passé, des entreprises suisses dignes de confiance, comme Nestlé ou Novartis, ont constamment augmenté leurs dividendes, et d’ailleurs même à des périodes où la bourse se portait moins bien.

D’un point de vue historique, les actions ont généré 6% de rendement annuel en moyenne. Selon une étude menée par une banque privée, les propriétaires d’actions suisses, qui les conservaient pendant plusieurs années, ont toujours dégagé un bénéfice. Ceux qui maintenaient leur investissement pendant plus de 15 ans n’ont jamais connu de rendements négatifs. Pour beaucoup d’experts, les choses sont donc claires: pour les investisseurs axés sur le long terme, les actions sont presque la seule option.

Arrivé au sommet

Beaucoup hésitent encore à entrer sur le marché des actions malgré les taux d’intérêt négatifs, et ce pour différentes raisons. D’une part, les actions ont une image plus négative qu’elles ne méritent. En effet, la chute spectaculaire du cours d’une entreprise reste plus profondément ancrée dans les mémoires qu’un profit accumulé pendant plusieurs années.

Car, pour des raisons psychologiques, l’humain considère que les pertes sont plus importantes que les gains. Et c’est précisément cette peur, cette «aversion de la perte», qui fait reculer de nombreuses personnes devant la bourse.

A cette crainte s’ajoute celle des conséquences de la crise du coronavirus. Pour parler au sens figuré, on a l’impression d’être arrivé au sommet de la montage.

Le Dow Jones évolue comme une montagne qui ne cesse de croître.
Le Dow Jones évolue comme une montagne qui ne cesse de croître.

Mais d’un point de vue historique, cette impression est également fausse. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’évolution du Dow Jones ou du SMI. On y voit bien que la courbe, ou la «montagne» pour rester sur l’image de l’alpiniste, n’a cessé de croître au cours des dernières années. A une période de taux d’intérêt bas, une stratégie de placement à long terme constitue donc une solution optimale pour les épargnants.

Il est recommandé de consulter un professionnel pour évaluer précisément les opportunités et les risques. Les experts de Genève Invest connaissent les fluctuations des marchés et peuvent mettre au point pour leurs clients une stratégie personnalisée, adaptée à la situation actuelle et aux objectifs futurs. Pour ne pas perdre d’argent en épargnant.

Paid post

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Genève Invest. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.

Lisez cet encadré si vous...

• …ne voulez plus laisser votre argent sur votre compte d’épargne

• …disposez de plus de 100'000 francs pour un placement

• …voulez obtenir un rendement attrayant dans un contexte de taux d’intérêt zéro.

Comment les investisseurs peuvent-ils obtenir un revenu en capital sûr, prévisible et attrayant en période de taux d’intérêt très bas ou négatifs? Les gérants de Genève Invest se sont penchés sur cette question et ont trouvé la réponse suivante: grâce à des investissements dans un portefeuille d’obligations soigneusement sélectionnées, émises par des sociétés auditées et saines dans différentes devises. Dans un passé récent, ces titres à revenu fixe ont généré des rendements mensuels qui étaient égaux ou supérieurs aux rendements annuels actuels des autres placements.